Gilles Brouillet

Gilles BrouilletVie à l’X

En casert avec Jean-Luc Bilhou-Nabéra puis Jean-François Mahé, Cyril Van Effenterre (au saxophone) et Philippe Brunswick (à la clarinette), section basket et tennis, en face des caserts du rugby (pour l’animation …).

La vie à l’X était d’abord une grande décompression après la prépa, l’occasion de s’intéresser de nombreux domaines qu’il avait fallu laisser un peu de côté (cinéma, musique, sport, littérature, …), bien sûr profiter tous les soirs de Paris et surtout du quartier latin (retour par la porte de l’infirmerie …). Et puis aussi des relations avec beaucoup de camarades avec qui nous avons passé de bons moments …

Vie professionnelle

Je suis resté dans le secteur public, d’abord jeune ingénieur (c’est loin …) en direction départementale de l’agriculture à Besançon pendant 5 ans. Je me suis ensuite orienté vers la forêt, toujours en Franche-Comté, dans différentes fonctions à l’Office national des forêts où j’ai terminé directeur régional avant de rallier le monde de la forêt privée en 2008. Je suis actuellement directeur du Centre régional de la propriété forestière de Bourgogne à Dijon, ce qui me permet de poursuivre dans ce domaine qui me passionne et de garder le contact avec la Franche-Comté.

Vie privée

Je me suis marié en 1978 avec Laurence, ingénieur du GREF comme moi, qui est décédée en 2012. Nous avons eu 3 enfants qui ont maintenant 32, 30 et 28 ans mais aucun ne s’est encore décidé à me décerner le titre de grand-père (c’est en principe prévu en 2015) …

Je pratique le ski de fond dans le haut Jura, la randonnée ainsi que vélo et VTT ce qui m’a permis de faire de belles traversées des Alpes, Pyrénées , Jura avec des mordus de vélos comme moi … Mon dos m’a «conseillé» d’arrêter le tennis il y a 6 ans …

Conseil aux jeunes ?

Faites d’abord ce qui vous passionne sans donner la priorité à ce qui est le plus « côté » ou le mieux rémunéré, et conservez un bon équilibre entre d’une part votre vie personnelle et familiale et d’autre part vos activités professionnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *